Soins et conseils

1er rendez-vous

Il y a environ 2200 orthodontistes en France.

Un orthodontiste est un spécialiste en « Orthopédie Dento-Faciale » chirurgien-dentiste ou médecin stomatologiste. Il a suivi après son diplôme de chirurgien-dentiste 4 années complémentaires de formation spécialisée.

Il est particulièrement bien formé pour faire un diagnostic complet et traiter de façon adapté chaque patient. Le simple fait pour un praticien d’utiliser le terme « orthodontie » ou « pratique limitée à l’orthodontie » ne signifie pas que celui-ci est titulaire d’une spécialité dans son domaine. Des chirurgiens-dentistes peuvent pratiquer l’orthodontie mais ne peuvent pas se prévaloir de la qualité de spécialiste.

La première consultation.

La première consultation a pour objectif de faire connaissance, de discuter des attentes et des désirs du patient et de ses parents, s’il est jeune. Mais surtout, elle permettra de réaliser un premier diagnostic clinique des malpositions dentaires et des dysharmonies maxillo-faciales. Ce diagnostic, associé à l’étude des antécédents médicaux du patient, donnera une première approche du traitement à proposer en discutant de façon générale :

  • des bénéfices d’un traitement orthodontique (amélioration des fonctions, de l’hygiène bucco-dentaire, de l’esthétique…),
  • des différents appareils envisageables (appareil amovible, appareil « de nuit », appareil fixe externe ou interne, « bagues » métalliques ou céramiques …),
  • du meilleur moment pour la réalisation du traitement (âge de réalisation du traitement, traitement en une ou deux phases…),
  • des contraintes du traitement (hygiène, alimentation…),
  • de la durée estimée du traitement (en moyenne 20 à 30 mois),
  • du rythme et de la durée des visites (en moyenne un rendez-vous de 10 minutes toutes les 6 à 8 semaines),
  • de la nécessité et du rythme d’une surveillance (surveillance de la croissance, de l’évolution des « dents de sagesse »…),
  • de la nécessité et de l’intérêt de la contention,
  • des honoraires,
  • de l’organisation générale du cabinet.

Puis, il faudra compléter le diagnostic clinique par un certain nombre d’examens complémentaires (le BILAN), notamment des radiographies, des moulages dentaires et des photographies pour affiner le diagnostic et permettre d’envisager les différentes options orthodontiques possibles (traitement avec ou sans extraction dentaire, orthodontique ou orthopédique pour les plus jeunes, avec ou sans chirurgie pour les adultes).

Quelquefois, il peut être indispensable d’avoir l’avis d’autres praticiens, (ORL, chirurgiens maxillo-faciaux, cardiologues, allergologues, pédiatres) pour permettre de proposer le meilleur traitement pour le patient. Le plan de traitement est individualisé. Il est donc nécessaire de revoir le praticien en consultation pour qu’ il donne alors en détail le ou les plans de traitements et les appareils nécessaires, qu’il précise le devis et qu’il confirme la durée probable du traitement.

Le but de ces deux rendez-vous est de donner au patient et à sa famille toute l’information dont ils ont besoin afin de prendre une décision éclairée sur le traitement d’orthodontie.
Comme toute démarche médicale, le traitement implique des contraintes, des limites et parfois des risques thérapeutiques, voire des contre-indications. En étant informé et en coopérant parfaitement, le patient sera à même d’obtenir les résultats thérapeutiques les meilleurs. Le diagnostic, une fois mis en place, le traitement pourra commencer avec des visites espacées de six ou huit semaines.

Cette fiche a été rédigée par un praticien spécialiste en O.D.F. et a été validée par le comité de lecture et de rédaction de la SFODF.

Les HONORAIRES

Il faut noter que la participation des caisses d’assurance maladie au traitement d’orthodontie n’a pas été revalorisée depuis plus de 20 ans.
Une première consultation préalable chez un orthodontiste permet de déterminer la nécessité d’un traitement et d’évaluer le bon moment pour ce traitement. Le montant de cette consultation est de 23 € (cotation : CS) et est remboursée à 70 % par la sécurité sociale (hors mutuelle) soit 16 ,10 €.

Avant le traitement d’orthodontie lui-même, votre praticien a besoin d’effectuer un diagnostic. Pour cela, il est nécessaire d’effectuer des examens (moulages, radiographies, etc) et un bilan (devis préalable). Ces examens sont côtés TO 15 + 5 (la prise en charge de votre caisse d’assurance maladie est de 70% soit 30,10 € (hors participation de votre mutuelle).
Si les radios sont effectuées au cabinet d’orthodontie, elles sont cotées en "lettre Z". La prise en charge de votre caisse d’assurance maladie est de 70% (hors participation de votre mutuelle).

Le traitement lui-même est pris en charge par l’assurance maladie s’il est débuté avant le 16ème anniversaire. Au delà, aucune prise en charge n’est possible. Il existe une seule exception : en cas de traitement associant la chirurgie et l’orthodontie, la limite de 16 ans peut être dépassée et un semestre de traitement orthodontique est pris en charge par la caisse d’assurance maladie.

Chaque semestre est coté TO 90 et est remboursé 193.50 € par votre caisse d’assurance maladie. Le reste à charge pouvant être remboursé partiellement ou totalement par votre mutuelle ou votre assurance complémentaire selon votre contrat.

Une demande d’entente préalable doit être rédigée par votre praticien et envoyée par vos soins à votre caisse d’assurance maladie. Une nouvelle demande doit être faite tous les 6 mois.
Chaque patient a droit à 6 semestres de traitement actif puis à 2 années de contention (stabilisation du traitement). Les semestres de traitement actif peuvent être consécutifs ou entrecoupés de périodes dites de "surveillance". Ces phases de surveillance sont cotées TO 5 (2 au maximum par semestre) et sont remboursées à 70 % soit 15,05 € par semestre (hors participation de votre mutuelle). Ces périodes de surveillance sont souvent nécessaires après une première phase de traitement et afin d’attendre, par exemple, la mise en place des dents permanentes.

La contention suit le traitement actif afin de stabiliser les résultats obtenus. La première année est cotée TO 75 et est remboursée 161.25 € par votre caisse d’assurance maladie (toujours hors participation de votre mutuelle pour le reste à charge). La deuxième année est cotée TO 50 et est remboursée 107.50 € par votre caisse d’assurance maladie (toujours hors mutuelle).

LES TARIFS.

Hormis la consultation et les actes de radiographie, les autres honoraires perçus par votre orthodontiste sont libres et sont fixés avec tact et mesure. Pour tous les actes dont le montant est supérieur au montant de la participation des caisses, un devis doit être soumis préalablement à tout acte (bilan, semestre de traitement, contention et surveillance).

Chaque traitement est différent et adapté au cas du patient.

Les honoraires pour un semestre de traitement actif varient entre 600 et 1200 €, voire plus, selon les thérapeutiques particulières.

De même, les honoraires des années de contention varient en fonction du cas de chaque patient. Seuls les traitements pour les plus démunis ont été revalorisés et ces patients peuvent bénéficier de traitements gratuits (CMU). Les honoraires moyens de votre orthodontiste peuvent être consultés sur ameli.fr De plus, votre orthodontiste affiche dans sa salle d’attente le tarif de ses actes les plus couramment pratiqués. Les assurances complémentaires remboursent tout ou partie du reste à charge, cette participation varie selon les contrats.


Fiche conçue et rédigée par le Syndicat des Spécialistes Français en Orthopédie Dento-Faciale (S.S.F.O.D.F.)
8 avenue Simon Bolivar – 75019 Paris 
Tél. 01 40 03 04 37 ssfodf@wanadoo.fr


{{VIDEO}}